Au port de Cherbourg, le couple formé par Sophie et David Leroy est atypique. David est en mer cinq ou six jours sur sept tandis que Sophie, à terre, gère avec efficacité leur activité d’armement familiale. Pour leur conseiller, Philippe Renan, leur enthousiasme et leur professionnalisme sont convaincants. Leurs résultats aussi, puisqu’ils ont réussi à construire plusieurs bateaux de pêche !

Philippe Renan

Directeur de la filière maritime du Crédit Maritime Bretagne-Normandie, à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) et à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor)

Employé par le Crédit Maritime depuis 1992, Philippe Renan (51 ans) a construit sa carrière en Normandie et en Bretagne. Entré comme conseiller bancaire à Cherbourg, il a gravi les échelons pour devenir directeur d’agence à Grandcamp-Maisy, Deauville et Ouistreham, puis responsable du marché des professionnels en 2007. Il devient directeur de la filière maritime en 2009. Il partage son temps entre Saint-Malo et Saint-Brieuc. Sportif, il court 10 km trois fois par semaine, pratique le tennis et s’évade dès qu’il le peut pour une promenade en mer sur son bateau.

LIRE SON INTERVIEW

Interview

Qu’est-ce qui vous a plu dans le projet de Sophie et David Leroy ?

Ce sont d’excellents professionnels, très complémentaires : lui, patron en mer, et elle, directrice d’armement à terre. Être une femme dans un métier d’hommes, ce n’est pas facile, mais Sophie sait se faire respecter. La construction d’un bateau comme le Maribelise est un projet audacieux et complexe car soumis à une réglementation drastique : avant la construction, il faut obtenir le PME, le permis de mise en exploitation du navire, dont l’attribution se fait au compte-gouttes, ainsi que les droits de pêche. Pour un armement de la taille du leur, c’est un vrai challenge !

En quoi cela fait-il avancer le territoire ?

L’armement d’un nouveau bateau à Cherbourg est très bénéfique pour l’image du port. Cela participe au renouveau de la pêche hauturière. Pour la criée de Cherbourg, le poids économique est fort : un nouveau chalutier crée aussi des emplois à terre. Un emploi en mer génère environ trois ou quatre emplois à terre.

Qu’est-ce qui rend cette histoire si particulière ?

C’est un dossier long (plus de deux ans) et complexe. Je les ai accompagnés en expertise en tant que directeur de la filière maritime, et aussi en tant que conseiller. Je les connais depuis longtemps : j’étais le conseiller bancaire de la mère de Sophie, mareyeuse à Saint-Vaast-la-Hougue. Et le hasard a fait que j’ai suivi David à l’agence de Cherbourg, dès l’ouverture de son compte, quand j’ai commencé ma carrière au Crédit Maritime. J’entretiens une relation professionnelle très étroite avec eux, mais différente : avec lui, c’est très technique, et avec elle, très financier. C’est un couple qui va de l’avant, ils foncent, ils ont plein d’idées. Ils sont jeunes et entreprenants, c’est agréable.

Questions de mer

Vous préférez la mer quand…

Tout le temps. J’ai toujours vécu au bord de la mer. Quand je ne la vois pas, ça ne va pas.

Qu’est-ce qui vous fait avancer dans votre travail ?

Voir des projets qui réussissent. Essayer de faire avancer la filière maritime, participer activement à l’économie du littoral et apporter le maximum d’expertise à mes clients.

L’endroit du territoire où vous adorez aller ? Pourquoi ?

La baie de Saint-Malo, là où je vis, à Dinard, depuis dix ans, une baie magnifique et aussi celle du Mont-Saint-Michel et les îles Chausey, où je vais depuis que je suis tout petit. Et aussi Jullouville, où ma famille possédait une maison. C’est toute mon enfance.

2

Comme le couple que Sophie et David forment, mais je pourrais aussi dire 1 car dans le travail, ils sont une entité face au reste du monde !

Sophie Leroy

P-dg d’Armement Cherbourgeois

Fille de mareyeuse, Sophie Leroy (42 ans) a rencontré David, marin et fils de marin, à Cherbourg. Ensemble, ils fondent leur entreprise, Armement Cherbourgeois, et achètent leur premier bateau en 1999. Ils en achètent un deuxième en 2014, puis en font construire un troisième en 2017. À terre, elle gère l’entreprise. En mer, David patronne le petit dernier de la flotte, le Maribelise. De 2010 à 2017, Sophie a, en outre, été directrice d’une coopérative d’armement du port de Cherbourg, gérant quatre bateaux de pêche hauturière.

LIRE SON INTERVIEW

Interview

Qu’est-ce qui vous a plu dans le Crédit Maritime ?

Lorsque mon mari a obtenu son certificat de marin, en 1988, le Crédit Maritime lui a ouvert un compte avec 100 francs dessus. À l’époque, la banque récompensait les trois premiers. Lorsque nous avons ouvert notre entreprise, en 1999, nous avons naturellement sollicité le Crédit Maritime et ils nous ont suivis. Professionnellement, nous sommes très proches, je suis en confiance. Si j’ai un doute, je sais que Philippe sera de bon conseil. Il a tout de suite donné son accord pour la construction du Maribelise, malgré l’ampleur du projet.

En quoi le Crédit Maritime est-il différent des autres banques ?

C’est une banque qui a l’esprit maritime. Philippe connaît le monde de la pêche, il sait ce qu’est un chalutier hauturier, un marin qui part à la mer. Quand le Crédit Maritime a fusionné avec la Banque Populaire, j’ai eu un doute. Soudainement, j’avais en face de moi des gens qui ne me comprenaient pas. J’ai appelé la filière maritime en leur disant : « Si vous ne récupérez pas mes comptes, je quitte la banque ! ». Aujourd’hui, tous mes comptes sont en Bretagne.

Qu’est-ce qui rend cette histoire si particulière ?

En Normandie, le Maribelise était le premier bateau neuf depuis 1994. Une entrée en flotte, c’est important pour le port et pour la région. Pour nous, c’était aussi une première expérience : jusqu’alors, nous avions acheté des bateaux d’occasion. Entre la prise de décision au printemps 2015 et la mise à l’eau en septembre 2017, le temps nous a paru long… Philippe nous a soutenus, il connaît notre sérieux, notre entreprise, notre travail et nos chiffres. Le binôme que nous formons, David et moi, fonctionne bien et je pense qu’à ses yeux, c’est un atout. D’ailleurs, nous avons signé une nouvelle construction, dont la mise à l’eau est prévue en septembre 2018 !

Questions de mer

Vous préférez la mer quand…

Tout le temps. L’été, on part en vacances à la mer, le matin mon premier regard est pour la mer ; au bureau, j’ai toujours un œil sur le port de pêche. À chaque fois que nous avons eu un nouveau bateau, je suis allée le chercher avec David et les équipages. Je vais voir les marins à chaque fois que les bateaux rentrent de mer.

Qu’est-ce qui vous fait avancer dans votre travail ?

L’amour de mon métier. Je crois en ce que je fais, je suis optimiste pour l’avenir du métier et de la filière, comme tous les membres de notre personnel, d’ailleurs.

L’endroit du territoire où vous adorez aller ?

Saint-Vaast-la-Hougue. J’y ai passé une partie de mon enfance, et nous y avons vécu avec mon mari et nos enfants au début de notre carrière. Maintenant, nous avons une maison où nous allons le week-end.

30

Le nombre d’années écoulées depuis que mon mari a ouvert son premier compte au Crédit Maritime avec 100 francs !

Vous avez une belle histoire à nous raconter ?